Bernache du Canada, photo Marcel Gauthier
Pic à tête rouge, photo Yves Leduc

Dans sa mission de protection et de sauvegarde des oiseaux, le Club d'ornithologie du Haut-Richelieu a instauré un réseau de mangeoires en hiver et un important réseau de nichoirs l'été. Voici les détails concernant chacun de ces réseaux:

Le réseau de mangeoires est constitué de quatre postes d'alimentation situés au club de golf La Vallée des Forts de Saint-Jean-sur-Richelieu, aussi connu comme l'érablière Pain de Sucre. Que ce soit pour les observateurs du club ou pour les simples promeneurs, ce réseau fait la joie des gens passant tout près. Les mangeoires de ces postes sont fabriquées artisanalement et conçues pour décourager les écureuils de prélever une bonne part de la nourriture réservée aux oiseaux. Les mangeoires sont remplies une ou deux fois par semaine. On y met du tournesol et du suif.

La liste des oiseaux attirés par le réseau est intéressante: Mésange à tête noire, Mésange bicolore, Pic mineur, Chardonneret jaune, Sizerin flammé. On a relevé des traces de Dindon sauvage dans la neige ce qui laisse penser que même ces gros oiseaux viendraient s'y nourrir. Le Petit-duc maculé et la Chouette rayée peuvent profiter des rongeurs qui s'alimentent des graines tombées au sol.

Le réseau est actif du début de décembre à la fin de mars. Le club a installé une affiche à l'une des entrées de la forêt pour indiquer la présence des mangeoires. Une visite de notre réseau peut être jumelée avec une visite de la rue Dulude à Saint-Blaise, à moins d'un kilomètre en ligne droite. Plusieurs mangeoires y sont installées et attirent aussi plusieurs oiseaux. Précision cependant: ces mangeoires sont sur des terrains privés et n'appartiennent pas au club.

Ces mangeoires n'ont pas toujours été dans cette érablière. Durant les deux premières années, le réseau était situé dans un boisé sur une propriété privée à L'Acadie. Nous avions eu la chance d'y trouver un Bruant fauve à cette époque.

Le réseau de nichoirs a débuté au même site que le réseau de mangeoires avant de s'étendre graduellement un peu partout dans la MRC du Haut-Richelieu puis également à Carignan. On retrouve maintenant des nichoirs à Mont-Saint-Grégoire, à Saint-Valentin, à Henryville et à Clarenceville. Les premiers nichoirs étaient destinés tout d'abord aux Merlebleus de l'Est; ces nichoirs servent également aux Hirondelles bicolores. D'autres nichoirs ont été posés pour aider la nidification du Canard branchu et ont aussi profité au Garrot à oeil d'or et au Harle couronné de même qu'au Petit-duc maculé. Finalement, en 2013, deux nichoirs pour la Chouette rayée ont été installés et nous surveillons si leur occupation s'est réalisée. En tout, près de 150 nichoirs sont disséminés à travers la région.

Dans les projets de ce réseau, outre de s'étendre encore plus, on pourrait envisager l'installation de nichoirs pour la Crécerelle d'Amérique dont les effectifs diminuent de plus en plus. Également, même si le C.O.H.R. ne s'occupe pas de nichoirs pour l'Hirondelle noire, il y a une étroite collaboration entre les propriétaires de ces nichoirs et Maxime Tremblay qui transmet les résultats de la nidification de ces oiseaux au club.


Petit-duc maculé dans un des nichoirs du réseau, photo de Micheline Forget.

 
Copyright © Club d'ornithologie du Haut-Richelieu Défi-Ornitho | V.I.P. | Galeries de photos | Sites intéressants | Réseaux